La « technolisation » des fantômes

« à chaque fois [que] s’invente une nouvelle machine optique, le premier pouvoir dont elle est créditée c’est justement, de rendre visible l’invisible.»[1]

       Depuis le XVIIe siècle une série de technologies (toutes en rapport avec la captation et la projection de lumière et de son) ont été utilisées pour représenter des fantômes, voir pour essayer de communiquer avec un incertain au-delà : certaines d’une manière presque implicite à leur propre fonctionnement, d’autres à l’intérieur d’un processus d’expérimentation qui « précède son éventuelle utilisation codifiée. »[2] De la lanterne magique (1659), baptisée par son inventeur comme « lanterne de peur »[3] ; à la vidéo (1963[4]), qui devient un instrument privilégié de la chasse aux fantômes dans des émissions télé depuis les années 1970 jusqu’à l’actualité[5] ; en passant par la Fantasmagorie (fin du XVIIIe siècle)[6] ; le phonographe[7] (1877) ; la photographie[8] (1826) ; ou le cinéma (1895), ces nouvelles technologies ont produit des formes figées aujourd’hui comme archétypales pour représenter le fantôme. Mais quel est le rapport entre ces technologies et cette figure ?

        Avant d’essayer de répondre, il faut signaler que le fantôme, n’ayant pas de corps à représenter (étant d’ailleurs la représentation même de l’absence de ce corps) est une toile blanche (parfois littéralement) qui s’offre vierge à celui qui se livre à sa représentation. Si bien les exceptions sont nombreuses et heureuses, une certaine idée traverse les époques et les représentations : c’est celle de la forme fantomatique comme une forme éthérée, aérienne, qui s’impose comme le négatif de la matérialité du corps (celle qui l’entraine dans le vieillissement et la mort).

        Une première réponse, simple mais pas nécessairement erronée, serait de dire que ces technologies viennent produire des images et des sons qui ressemblent (presque accidentellement) aux images formées dans l’imaginaire collectif autour du fantôme. C’est-à-dire que les images produites par ces appareils semblent fantomatiques parce qu’elles ressemblent à une précédente idée de l’apparence du fantôme.  La transparence de la projection de la lanterne magique ou de la surimpression photographique, par exemple, ne résulte fantomatique que parce qu’elle fait penser à l’incorporéité dont les auteurs parlent depuis l’antiquité : dans l’Epopée de Gilgamesh (XVIIIe-XVIIe siècle avant J. C) on se réfère déjà au fantôme comme une ombre transparente. Ces nouvelles technologies n’auraient donc qu’une fonction de matérialisation, elles serviraient à illustrer des concepts précédents.  Mais cette transparence était tout à fait représentable en peinture ou en dessin avant l’arrivée de ces nouvelles technologies et pourtant les exemples de ce type de représentation n’abondent pas.        

        On va essayer d’expliquer autrement le rapport entre ces technologies et les formes fantomatiques qu’elles produisent avec l’aide de Pierre-Damien Huyghe. Pour lui, la technique de captation (mais cela est applicable à la lanterne magique ou la Fantasmagorie en tant que techniques de reproduction) produit « des formes de sensibilité qui ne sont pas celles de l’esprit humain, mais qui recèlent des spatio-temporalités spécifiques. Ainsi une caméra ne voit-elle pas comme des yeux, ainsi un magnétophone n’entend-t-il pas comme des oreilles. »[9] Les nouvelles formes de sensibilité produites par ces appareils génèrent un trouble dans la perception de la réalité qui était jusqu’alors assumée comme la seule possible. Pas étonnant que, pouvant écouter la voix de quelqu’un qui n’est pas présent ou pouvant voir apparaître des figures transparentes sur un mur, les gens s’interrogent sur une possible communication avec l’au-delà. Chaque nouvelle technologie semble pouvoir chasser des fantômes mais ce sont elles-mêmes, avec la nouvelle sensibilité qu’elles génèrent, qui produisent ces fantômes. Elles peuvent rappeler des formes imaginées auparavant mais elles imposent une nouvelle sensibilité qui n’était pas envisageable précédemment.

        Depuis le XVIIe siècle les technologies de captation et de projection des images et de sons altèrent l’imaginaire autour de la figure du fantôme avec celui de nouvelles images générées par ces appareils. Ainsi les fantômes décrits par Homère (L’Odyssé, fin du VIIIe siècle avant J.C.) ou Dante (La Divine Comédie, 1306-1308) trouveront dans la surimpression photographique ou dans la transparence de la projection produite par la lanterne magique la forme plastique qui les fixera dans l’imaginaire collectif. De la même manière que, ultérieurement, la vidéo analogique donnera une texture aux fantômes de Bill Viola ou de The Ring, ou la vidéo numérique rendra possible de représenter le fantôme par le simple bug d’une caméra vidéo[10].   

      Dans son Court traité du paysage Alain Roger cite Oscar Wilde pour expliquer l’artialisation du paysage : « De nos jours, les gens voient les brouillards, non parce qu’il y a des brouillards, mais parce que peintres et poètes leur ont appris le charme mystérieux de tels effets. […] Ils n’eurent pas d’existence tant que l’art ne les eut pas inventés. »[11] On pourrait bien dire la même chose de ces fantômes qui surgissent à partir de la surimpression photographique, de la projection de lumière ou des bugs de la vidéo : ils n’eurent pas d’existence, de forme, tant que la technologie ne les eut pas donnés à voir.

 

[1] DOPPELT Suzanne, GALLIENE Emmanuelle et LALANDE Aude, « Le Mouvement de l’autre monde. Entretien avec CHARUTY Giordana », Vacarme, n°20, 2002, p. 69.

[2] RUBIN Billy, « The Influence Machine » t dans : Denis Gielen (dir.), Tony Oursler / Vox Vernacular. Une anthologie, traduis par Denis Gielen, Catherine Warnan, catalogue de l’exposition à Hornu, MAC’s, 17 novembre 2013- 23 février 2014, Bruxelles, Fonds Mercator, MAC’s Grand-Hornu, 2013. p. 132.

[3] Selon Laurent Mannoni, Huygens utilise la lanterne pour la première fois en 1659 devant sa famille et choisit de projeter un squelette. [LEFEBVRE Thierry, « Lanternes éblouissantes, entretien avec Laurent Mannoni », Sociétés & Représentations, n° 31, 2011, p. 201.]

[4] Lancement du Portapack de Sony. Il s’agit du premier enregistreur vidéo portable, moins contraignant que le tournage en plateau.

[5] Telles que In search of… (1977-1982, NBC) ou (Ghost Adventures, 2008-, Travel Channel).

[6] Il s’agit d’un spectacle de lanterne magique extrêmement sophistiqué qui apparaît à la fin du XVIIIe siècle. Sa forme la plus célèbre est celle des spectacles d’Étienne-Gaspard Robertson (à Paris dans les années 1790).

[7] Thomas Edison, inventeur du phonographe, a occupé les dix dernières années de sa vie à la création d’un appareil lui permettant de communiquer avec les morts.

[8] D’abord aux États-Unis, puis en Europe dès 1861 (alors que la première photo de Niepce datte de 1826) des opérateurs commencent à profiter de la ressemblance entre la forme que produit la surimpression et la forme du fantôme dans l’imaginaire collectif pour produire des photographies spirites.

[9] Pierre-Damien Huyghe, Le Cinéma avant après, op. cit. p. 106.

[10] Marc Olivier appelle « bug gothique » (« Glitch Gothic ») les disruptions produites dans les appareils vidéo annonçant la présence de fantômes qui sont devenues pour lui « des tropes essentiels dans le langage cinématographique des histoires de fantômes. » [OLIVIER Marc, « Glitch Gothic » dans Cinematic ghosts. Haunting and spectrality from silent cinema to the digital era, New York, Bloomsbury, 2015. p. 253. (« essencial tropes in the language of cinematic ghost stories. ») (je traduis)] 


[11] Oscar Wilde, Le Déclin du mensonge [1891], Traduit de l’anglais par Hugues Rebell, Paris, Stock, 1977. p. 307.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.