Retour sur une poupée de Tony Oursler. La négligence productrice de sens

         Entre le 14 avril et le 27 juillet la Galerie Mitterrand présente Une Brève histoire de la modernité des formes, exposition qui fait le point sur l’histoire de la galerie (ouverte en 1988) à travers des formes sculpturales du XXème et XXIème siècle. Une des pièces exposées est Trance Doll de Tony Oursler (1994), une de ses classiques poupées en chiffon dont le visage s’anime à travers la projection vidéo. Le fait de trouver cette pièce dans le coin d’une galerie permet un contact plus proche avec son dispositif que lorsqu’elle est installée dans un musée. Au premier coup d’oeil, le spectateur pourrait apercevoir une certaine négligence du dit-dispositif : là où d’autres installations utilisant la vidéoprojection s’obstinent à cacher toute trace de l’origine de l’image projetée (supposant que le dispositif dépouille de mystère la pièce), celle-ci opte par la simplicité. Que cela soit un choix de l’artiste (non sans relation avec une esthétique proche du punk, chère à celui-ci) ou de la galerie, la supposée négligence du dispositif est ici productrice de sens.  

Trance Doll, Tony Oursler, 1994. Vue de l’installation à la Galerie Mitterrand, Paris, 2019.

                   Il y a d’abord la présence du vidéoprojecteur sur un trépied, face à la poupée, gênant la vision du visage depuis certains points de vue. Cela devrait, en principe, diminuer l’effet de présence[1] de la poupée, supprimer un peu de la magie inhérente au fait de voir prendre vie ce visage dont le corps n’est qu’un amas des chiffons. Mais cela ne fonctionne pas comme ça. Premièrement parce que le vidéoprojecteur joue le rôle du double de la caméra qui a enregistré le visage. Dans un mouvement circulaire le vidéoprojecteur semble enregistrer en direct le visage que lui-même est en train de projeter. Le dispositif se renferme symboliquement sur lui-même (comme le faisait, cette fois-ci littéralement, le TV Buddha de Nam June Paik de 1976). Deuxièmement parce que c’est justement la présence avérée du dispositif ce qui simplifie la tâche du spectateur : celui-ci n’est pas confronté à une sorte de virtuosité technique-technologique où l’intérêt finit par porter plus sur le comment que sur le quoi. Tout est là, face à lui. Le dispositif est transparent, il s’efface de par sa propre présence évidente.

            Deuxième négligence : l’image projetée dépasse la surface de projection (le visage de la poupée) pour contaminer le mur derrière celle-ci. À une époque où les logiciels de mapping[2]  projettent sur des surfaces avec une précision millimétrique, ici l’excès d’image se propage au-delà des limites du visage. Loin de diminuer l’effet de présence dont on parlait plus haut, cet excès l’amplifie car c’est l’ombre du personnage qui s’installe dans la salle. Le projecteur-caméra est aussi éclairage, projetant la silhouette de la poupée sur le mur. Ce n’est pas seulement une présence virtuelle (celle de la projection) mais une présence physique que produit une ombre derrière elle (celle de la poupée). Dans La Divine Comédie, quand Dante et Virgile se promènent l’un à côté de l’autre ce qui différencie le vivant du fantôme c’est l’ombre projetée par le premier : « Le soleil, qui brillait ardent comme la braise, /était interrompu devant moi par mon corps, /dont son rayon venait dessiner les contours :/ mais je me retournai soudain, saisi de crainte,/ croyant que j’étais seul, puisque j’apercevais/ ma seule ombre noircir le sol devant mes pas. »[3]

             Mi-matérielle, mi-fantôme (virtuelle), la poupée de Oursler explore des conditions de présence (d’existence) de par la supposée négligence de son dispositif.

 

 

[1] « De simples projections sur des murs qui ne sont pas lisses et blancs peuvent également produire un fort potentiel d’effet de présence, par incrustation de l’image dans la matière réelle du mur. » [Françoise Parfait, Vidéo : un art contemporain, Paris, Éditions du Regard, 2001. p. 160.]

[2] Technologie qui permet d’ajuster la vidéo projetée sur une surface (notamment tridimensionnelle).

[3] DANTE, La Divine Comédie, Ebooks libres et gratuits [en ligne] Chant III du Purgatoire, verses 16-21.

Url:https://www.ebooksgratuits.com/html/dante_alighieri_divine_comedie_purgatoire.html#_Toc156740257.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.