Définition altérée, sensibilité autre

       Nous avions déjà parlé dans ce carnet de recherche de la sensibilité des appareils de basse définition. Une sensibilité qui paradoxalement permet, en ce qui concerne la représentation de l’apparition fantomatique, de révéler davantage en la montrant avec moins de détails. Stéphane Bex l’explique bien dans son ouvrage consacré aux films found footage [1] : « Alors que l’image haute définition permise par les technologies modernes transforme le visible en accumulation de détails individualisés où se perd l’autonomie de la figure, l’image basse définition montre la trame sur laquelle les images se constitue [sic], le matériau sur le fond duquel elles émergent. [2]» Le manque de détails des images en basse définition fonctionnerait ainsi comme une zone intermédiaire entre l’image à un état latent et la représentation fidèle (mimétique) de la réalité. Disons que la basse définition, de par sa sensibilité, montre une sorte de visible en train de se former. Nous allons voir comment dans le sixième volet de la série de films Paranormal Activity, la sensibilité altérée de l’appareil fonctionne comme passage à travers lequel se matérialise (apparaît) l’image de l’entité hantant les films.

       Utilisant la forme found footage[3], les films retracent d’une manière non chronologique l’histoire de l’entité surnommée Toby : depuis sa prise de contact avec les sœurs Katie et Kristi, jusqu’à sa matérialisation en forme anthropomorphique. Dans les films précédents la présence de la dite-entité n’était qu’évidencée par différentes formes de trace : des empreintes de pas par terre sur de la poudre dans Paranormal Activity (Oren Peli, 2007) ; une figure suggérée dans l’air à travers la poussière qui tombe lors d’un tremblement de terre dans Paranormal Activity 3 (Henry Joost, Ariel Schulman, 2011) ; le volume sous un drap aussi dans Paranormal Activity 3 ; et une figure entrevue distordant la grille des points générée par la vision nocturne d’une caméra et les rayons laser d’une console de jeux dans Paranormal Activity 4 (Henry Joost, Ariel Schulman, 2012). Dans toutes ces manifestations la présence de l’entité est évidencée mais pas montrée par les appareils d’enregistrement. D’une économie visuelle remarquable, la manifestation fantomatique est toujours liée aux signes d’une présence qu’on ne perçoit pas. C’est ce que Bex appelle le monstrueux « en creux » : « […] l’entité hantant les maisons de Paranormal Activity ne se dévoile au regard. Ce que le spectateur et les personnages voient, en revanche, ce sont les traces laissées par les créatures monstrueuses, les indices sensibles qui dessinent en creux la forme d’une réalité échappant à la sensibilité […] [4] » Les caméras (qui dans le found footage font partie de la diégèse du film) restent jusqu’ici assoiffées, ne montrant que des indices d’une présence qui reste invisible à leurs yeux[5]. Elles enregistrent les indices mais leur sensibilité reste insuffisante pour capter l’image de l’entité. Mais est-ce d’insuffisance qu’il s’agit ou plutôt d’une sensibilité non adaptée ?

Fig. 1 : Paranormal Activity, Oren Peli, 2007.Photogramme. Fig. 2 : Paranormal Activity 3, Henry Joost, Ariel Schulman, 2011. Photogramme. Fig. 3 : Paranormal Activity 3, Henry Joost, Ariel Schulman, 2011. Photogramme. Fig. 4 : Paranormal Activity 4, Henry Joost, Ariel Schulman, 2012. Photogramme.

        Dans le sixième[6] volet de la série, cette entité, poursuivant comme but son incarnation physique, est captée par une caméra des années 1980 bricolée par les membres d’une sorte de secte[7]. Cherchant à se faire chair, la matérialisation physique de cette entité est précédée par sa matérialisation en tant qu’image.

Paranormal Activity 5 : Ghost Dimension, Gregory Plotkin, 2015. Photogramme.

Celle-ci ne se produit pas sur les images de toutes les caméras utilisées dans le film mais seulement sur les images captées par la plus ancienne (trouvée dans un carton poussiéreux dans le grenier). Paranormal Activity, une des plus célèbres séries de films found footage (presque canonique du genre, en ce que ses images ont été reprises comme modèle) se ferme avec un appareil de basse définition pouvant capter (et précédant la matérialisation de) ce que les appareils plus performants pour copier le réel n’ont pas pu capter pendant cinq films. Mais peut-on vraiment parler ici de basse définition ? Oui et non.

. D’un côté non, on ne peut pas vraiment parler de basse définition parce que la caméra des années 1980 qui montre l’entité n’est pas en réalité une caméra VHS. Avant d’être truquée, cette caméra est censée avoir filmé, dans la diégèse des films, le troisième volet de la série, sorte de flashback montrant les événements de l’enfance de Katie et Kristi en 1988. Sa présence dans le film est justifiée du fait que le beau-père des filles est réalisateur de vidéos de mariage. En réalité il ne s’agit pas d’un appareil VHS mais d’une petite caméra HD cachée dans le corps d’une ancienne caméra. Le seul indice de la définition de la dite-camera est un effet inséré au début du film (un peu de bruit blanc et un ajustement du tracking de la bande magnétique)[8]. Même l’aspect ratio est de 16 : 9 au lieu du 4 : 3 propre au format VHS. Les producteurs ont dû penser que tourner véritablement un film en VHS en 2011 était inconcevable et l’effet au début du film était suffisant pour donner l’indice de réalité poursuivi, en principe, par la forme found footage. Et certains commentaires sur Internet semblent leur donner la raison : sur le site hdnumerique.com, par exemple, on peut lire

« Les images délivrées à l’écran ont été fabriquées pour ressembler au maximum à des archives vidéo amateur retrouvées après moult années. Et elles sont efficaces dans ce registre. On qualifiera donc ce transfert de fidèle, en accord avec le style du long-métrage. S’agit-il d’un rendu VHS pour autant ? Non, rassurez-vous ! Si la définition oscille, elle reste largement acceptable : bien au-delà en tout cas de la qualité des caméras amateurs de la fin des années 1980. [9]»

Ce compte rendu montre bien comment, même si le found footage fait appel à une sensibilité différente à celle des productions plus classiques, les standards de production et diffusion du marché, ainsi que la sensibilité d’une grande partie du public, continuent à établir des limites dans le visible entre ce qui est « acceptable » et ce qui ne l’est pas.

. D’un autre côté oui, nous pouvons parler de basse définition dans le sens où les scénaristes/réalisateurs font appel à cette caméra et à certains effets exagérant les défauts de celle-ci pour donner à voir l’entité. Disons qu’il ne s’agit pas exactement de la basse définition mais d’une sorte de définition autre qui joue avec les codes visuels de celle-ci : l’image est légèrement floutée ; les lignes de balayage qui la forment sont visibles ; les couleurs rouge, vert et bleu semblent parfois se dissocier ; et les lumières les plus fortes sont brulées. Dans ce sixième volet de la série, les scénaristes/réalisateurs font appel à l’imaginaire de la basse définition pour rendre effective l’incarnation de l’entité à travers l’image. Si dans les volets précédents la seule preuve de son existence était sa « présence en creux », la sensibilité autre de cette caméra est capable de la montrer, de la faire apparaître. On ne peut pas ici parler de véritable basse définition mais plutôt de définition altérée. Il s’agit, en tout cas, d’une sensibilité autre, différente à celle des standards de visibilité imposés par l’industrie et acceptés par une partie du public.

Paranormal Activity 5 : Ghost Dimension, Gregory Plotkin, 2015. Photogramme.
Paranormal Activity 5 : Ghost Dimension, Gregory Plotkin, 2015. Photogramme.

L’hypothèse plastique du film pourrait se résumer de la façon suivante : la nuisance dans l’image haute définition (la perte dans sa copie fidèle de la réalité) suppose un gain dans la sensibilité de la caméra. Elle est capable de voir plus parce qu’elle voit mal.          

       Après le passage par cette caméra avec une définition altérée, l’entité se matérialisera et sera visible dans les autres appareils (même à ce moment, on ne verra sur les images de ceux-là que ses jambes). Dans une série des films construits à partir d’images censées être captées par les personnages afin de voir l’entité, celle-ci a besoin de traverser la zone de passage dont nous parlions plus haut en rapport à la basse définition. La nuisance dans la copie fidèle de la réalité offerte par la sensibilité altérée de l’appareil permet à l’image fantomatique latente d’apparaître, de se matérialiser et, puis, de devenir image en haute définition.

 

[1] BEX Sthéphane, Terreur du voir. L’expérience found footage, Aix-en-Provence, Rouge Profond, 2016.

[2] Ibid., pp. 347-348.

[3] On appellera ce type de film found footage (montage d’image récupérées) car il est établi de les appeler ainsi, même s’il est vrai qu’il serait plus correct de les appeler faux found footage car le prétendu matériel trouvé est une fiction.

[4] BEX Sthéphane, op.cit., p.326.

[5] Pour Pierre-Damien Huyghe la technique « permet des enregistrements selon des formes de sensibilité qui ne sont pas celles de l’esprit humain, mais qui recèlent des spatio-temporalités spécifiques. Ainsi une caméra ne voit-elle pas comme des yeux, ainsi un magnétophone n’entend-t-il pas comme des oreilles. » [HUYGHE Pierre-Damien, Le Cinéma avant après, Grenoble, De L’incidence Éditeur, 2012. p. 106.]

[6] Septième si l’on compte Paranormal Activity : Tokyo Night (Toshikazu Nagae, 2010), sorte de spin-off japonais.

[7] La caméra a six tubes d’image au lieu des trois habituels et une bague de réglage supplémentaire en plus de celles du diaphragme et de la mise au point.

[8] Il est intéressant le rapport que Mark Olsen, critique cinématographique du Los Angeles Times établit entre ce que les réalisateurs n’ont pas fait et le travail de Harmory Korine : OLSEN Mark, « Movie review : ‘Paranormal Activity 3’ », Los Angeles Times [en ligne]

URL: https://www.latimes.com/entertainment/la-xpm-2011-oct-21-la-et-paranormal-activity-20111021-story.html Consulté le 7 avril 2020.

[9] Rédaction du site, « Test Blu-Ray : Paranormal Activity 3 », HD Numérique [en ligne]

URL :https://www.hdnumerique.com/dossiers/535_test-blu-ray-paranormal-activity-3-1.html

Consulté le 7 avril 2020.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.